Édouard VUILLARD

thumb-blog

1868-1940

Peintre français

 

 

 

 

 

 

Photo : © Paris, Flammarion

Artiste majeur de la fin du XIXe et début du XXe siècle, Édouard Vuillard est connu comme étant l’un des membres fondateurs du mouvement Nabi.

L’artiste s’illustra dans l’art du portrait, les scènes intimistes d’intérieur, les natures mortes mais également les compositions murales et décors de théâtre.

Le groupe de Condorcet

Édouard Vuillard est né à Cuiseaux en 1868 au sein d’un foyer modeste. Il grandit à Paris où il fréquenta le lycée Condorcet. C’est dans cet établissement que Vuillard fit la rencontre — déterminante pour l’histoire de l’art — de Maurice Denis (1870-1943), Ker-Xavier Roussel (1867-1944) et Paul Sérusier (1864-1927).

Son père mourut lorsqu’il avait vingt ans tandis que son frère aîné, Alexandre, avait déjà quitté le foyer familial afin d’embrasser une carrière militaire. Ainsi Édouard Vuillard grandit sous l’influence des femmes de sa famille : sa mère, sa grand-mère et sa sœur ainée, future épouse de son ami le peintre Ker-Xavier Roussel.

En 1885, le jeune homme quitta le lycée Condorcet afin de rejoindre Roussel qui étudiait au sein du studio du peintre Diogène Maillart (1840-1926), ancien lauréat du grand Prix de Rome (1864). C’est ainsi que Vuillard fut initié aux rudiments de la peinture. À la même époque, il commença à fréquenter le Musée du Louvre et décida de se vouer à une carrière artistique, mettant ainsi un terme à la tradition familiale le destinant à l’armée.

1886-1888 : les années de formation

En 1886, Édouard Vuillard fréquenta l’Académie Julian — école privée de peinture et de sculpture célèbre pour la qualité des artistes qui la fréquentèrent — où il eut pour professeur Tony Robert-Fleury (1837-1911).

L’année suivante, à sa troisième tentative, Vuillard parvint à intégrer l’École des Beaux-Arts de Paris. En 1888 le jeune artiste suivit l’enseignement du peintre orientaliste Jean-Léon Gérôme (1824-1904).

Durant ces années de formation, Édouard Vuillard réalisa des natures mortes, portraits et nus réalistes.

1889 : le groupe des Nabis

Faisant suite à l’invitation de son ami Maurice Denis, Édouard Vuillard partit rejoindre à Pont-Aven un petit groupe de peintres dissident de l’Académie Julian en 1889.

Le peintre Paul Sérusier fut à l’origine de la formation de ce groupe. En effet, ce dernier effectua un séjour à Pont-Aven durant l’été 1888. À cette occasion il fit la rencontre décisive de Paul Gauguin (1848-1903) installé en Bretagne depuis 1886 et d’Emile Bernard (1868-1941). Gauguin influença instantanément Sérusier et l’encouragea à s’éloigner de toute forme de réalisme et d’utiliser des couleurs pures dans ses compositions. De cette leçon naquit Talisman (1888) — œuvre synthétique par excellence — illustrant une nature telle qu’elle fut perçue par l’artiste avec des couleurs en aplats et des formes schématisées.

L’année suivante, en 1889, Sérusier revint à Pont-Aven et constitua le groupe des Nabis avec les peintres Pierre Bonnard (1867-1947), Maurice Denis, Henri-Gabriel Ibels (1867-1936) et Paul-Elie Ranson (1861-1909). Ce groupe, dont le nom signifie « prophète » en hébreu, s’intéressa à des considérations d’ordre spiritualistes, mêlant ainsi art, symbolisme, occultisme et ésotérisme.

Édouard Vuillard rejoignit le groupe dans un second temps avec Ker-Xavier Roussel et Armand Seguin (1869-1903). Le groupe se dispersa en 1900.

Les années 1890 : Vuillard décorateur

À partir de 1891, Édouard Vuillard diversifia ses activités. Il publia en ce sens des illustrations pour La Revue blanche, s’exerça à la lithographie (Paysages et intérieurs, 1899) et confectionna ses premiers décors.

Durant sa carrière Vuillard réalisa plusieurs ensembles décoratifs destinés à décorer des appartements privés et hôtels particuliers.

Sa première exposition personnelle fut organisée en 1896.

Les années 1900 : entre portraits et peintures murales

Édouard Vuillard effectua de nombreux voyages à l’étranger afin de visiter les plus grands musées.

L’artiste commença à exposer au Salon des Indépendants à partir de 1901. Il participa deux ans plus tard au Salon d’Automne.

Mobilisé au début de la Grande Guerre, Vuillard fut envoyé sur le front des Vosges en 1917 en tant que peintre attaché aux armées. À cette occasion il réalisa de nombreux croquis sur la vie des soldats.

Vuillard consacra les quinze dernières années de sa vie à la réalisation de portraits et peintures murales dont il avait reçu commande.

L’apport d’Édouard Vuillard à l’histoire de l’art

Édouard Vuillard est un peintre essentiel en tant que fondateur du mouvement Nabi. Son œuvre est composée de portraits, scènes de genre et natures mortes. Ses compositions se caractérisent par une recherche subtile et nuancée de gammes colorées, d’équilibres entre les tons clairs et obscurs et les motifs décoratifs tirés des estampes japonaises. Intimistes, ses œuvres prirent souvent pour modèle la mère du peintre.

Au contact du groupe Nabi, Vuillard s’essaya à réaliser ses premières œuvres synthétiques aux larges aplats de couleurs (Au Lit, 1891, huile sur toile, Musée d’Orsay, Paris).

Le style de Vuillard évolua vers 1900. Ses sujets de prédilection furent traités d’une manière plus réaliste et poétique.

Œuvres d’Édouard Vuillard

Les musées qui exposent Édouard Vuillard

Les œuvres d’Édouard Vuillard sont principalement exposées en France (Musée Toulouse-Lautrec à Albi, Musée d’Orsay à Paris), en Russie (Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg) ou encore aux États-Unis (Metropolitan Museum of Art de New York, Musée d’Art de Dallas, Musée des Beaux-Arts de Boston).

Les principales expositions de l’artiste

  • Les Nabis et le décor, Musée du Luxembourg, Paris, 2019
  • Édouard Vuillard : un peintre et ses muses, The Jewish Museum, New York, 2012
  • Vuillard, Musée d’Orsay, Paris, 2003

Les principaux ouvrages sur Édouard Vuillard

  • LEVEQUE Jean-Jacques, Édouard Vuillard : Le Monde du silence, éd. A.C.R., 2003
  • COGEVAL Guy et SALOMON Antoine, Catalogue critique des peintures et pastels, éd. Wildenstein, 2003
  • FRECHES-THORY Claire et TERRASSE Antoine, Les Nabis, éd. Flammarion, 2003

Expertise et Estimation des œuvres d’Édouard Vuillard

Certaines œuvres d’Édouard Vuillard sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres d’Édouard Vuillard afin d’établir une estimation de votre pièce.