Nicolas de STAËL

thumb-blog

1914 – 1955

Peintre franco-russe

 

 

 

 

 

 

Photo © Denise Colomb

Nicolas de Staël est né en janvier 1914 à Saint-Pétersbourg et décédé en mars 1955 à Antibes. Originaire d’une famille russe, il est recueilli par un couple à Bruxelles après le décès de ses parents. Le jeune homme commence à s’intéresser à l’art assez tardivement et intègre l’Académie de Bruxelles quelques années plus tard pour y suivre une formation. Après son diplôme, Nicolas de Staël effectue plusieurs voyages en Europe avant de s’établir à Paris puis à Nice. Bien que ses œuvres aient toujours reçu un accueil chaleureux de la critique, l’artiste connaît tout au long de sa carrière des périodes de dépression pendant lesquelles il détruit plusieurs de ses œuvres et finit par mettre fin à ses jours à l’âge de 41 ans.

La découverte de la peinture abstraite

Durant les premières années de sa carrière, Nicolas de Staël débute par la figuration, mais va très rapidement s’orienter vers des peintures abstraites qui lui ont été inspirées par le travail de grands maîtres comme Robert Delaunay ou encore Georges Braque. À cette époque, l’art lui permet d’exprimer ses états d’âme et de se libérer de ses angoisses. Ce besoin d’extérioriser ses pensées se manifeste pour de Staël par la représentation de blocs superposés et couleurs souvent saturées. En effet, le peintre s’approprie l’abstraction et n’hésite pas à faire appel au cubisme et au fauvisme pour créer un style plus personnel.

Un retour à la figuration

Dans les années 1940, on observe un changement notable dans l’orientation que donne Nicolas de Staël à ses œuvres. S’intéressant aux effets de la lumière, il va désormais peindre des footballeurs, des musiciens de jazz ou encore des marines. Toujours dans le but de se libérer de ses tourments, l’artiste entame ainsi une nouvelle période durant laquelle il met en scène des thèmes personnels. Malgré son évolution vers un style plus figuratif, la peinture de Nicolas de Staël conserve certains éléments qu’il s’est appropriés durant sa période d’abstraction et qui lui sont propres.

Œuvres de Nicolas de Staël 

PEINTURE

  • Composition, 204 x 404,5 cm, 1950
  • Parc des Princes, 201 x 351,5 cm, 1952
  • Fleurs, 147 x 98 cm, 1952
  • Agrigente, 89,2 x 130 cm, 1953
  • Nu Debout, 146 x 89 cm, 1953
  • Selinunte, 54 x 72,5 cm, 1953
  • Pot à raies, 130 x 89 cm, 1953
  • Paysage de Vaucluse No. 3, 54,2 x 73 cm, 1953
  • Cap Blanc Nez, 60 x 81 cm, 1954
  • Marseille sous la neige, 59 x 81 cm, 1954
  • Plage à Agrigente, 81 x 100 cm, 1954
  • Le phare (Antibes), 60 x 81 cm, 1954
  • Atelier vert, coin d’atelier, 145,5 x 97 cm, 1954
  • Le saladier, 54,6 x 64,8 cm, 1954
  • Marseille, 80,6 x 60 cm, 1954

DESSIN-AQUARELLE

  • Barques aux Baléares et Iles Baléares, 43 x 53 cm, 1935
  • Figure, 50,3 x 31,2 cm, 1945
  • Composition, 52,5 x 40,5 cm, 1945
  • Composition, 103 x 71 cm, 1948
  • Abstraction, 24 x 31 cm, 1950
  • Nature Morte, 55,9 x 76,2 cm, 1952
  • Composition on blue ground, 58,5 x 47 cm, 1953
  • Voiliers à Antibes, 65 x 50 cm, 1953
  • Composition on Blue Ground, 64 x 49 cm, 1953 
  • Composition, fond vert clair, 32 x 22,5 cm, 1953
  • Fleurs, 54 x 47 cm, 1954
  • Le Picador, 29 x 22 cm, 1954
  • Portrait de femme, 38,5 x 30,2 cm, 1954
  • Femme assise, 100 x 146,5 cm, 1955

ESTAMPE-MULTIPLE

  • Composition Brune No. 2, 50 x 40 cm, 1945
  • Étude en couleurs No. 1, 50 x 65 cm, 1951
  • Ohne Titel, 27 x 48 cm, 1951
  • Composition, 56 x 76,7 cm, 1952
  • Nature morte, 56,5 x 76 cm, 1952
  • Méditerranée, 48,5 x 64 cm, 1952
  • Stilleben, 38 x 55,2 cm, 1952
  • Composition abstraite, 55 x 77 cm, 1952
  • Nuit au Parc des Princes, 39 x 50 cm, 1952
  • Composition violette, 53,8 x 76,5 cm, 1952
  • Study in color No. 1, 50,6 x 65,7 cm, 1957
  • Ribbon Design #1, 91,4 x 92,7 cm

Nicolas de Staël, un artiste toujours autant apprécié

EXPOSITIONS 

  • Rétrospective de Nicolas de Staël, Centre Pompidou, Paris, 2003
  • Nicolas de Staël, 1945-1955, Fondation Gianadda, Martigny, Suisse, 2010
  • Les années de formation de Nicolas de Staël à Bruxelles, Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, 2012
  • La figure à nu, hommage à Nicolas de Staël, Château Grimaldi d’Antibes, 2014
  • Lumières du Nord, Lumières du Sud, MuMA — Musée d’art moderne André-Malraux, 2014
  • Nicolas de Staël en Provence, Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence, 2018
  • Nicolas de Staël — Traditions et Ruptures, Centre d’Art le Doyenné, Brioude Haute-Loire, 2020

MUSÉES 

  • MuMA — Musée d’art moderne André-Malraux, Le Havre
  • Centre Pompidou, Paris
  • Musée d’Art Moderne de Troyes
  • Musée Fabre, Montpellier
  • Musée Picasso, Antibes
  • Los Angeles Museum of Contemporary Art
  • Musée de Grenoble
  • National Gallery of Canada, Ottawa
  • National Gallery of Victoria, Melbourne
  • Art Institute, Chicago
  • Museum of Art, Toledo
  • Scottish National Galleries, Édimbourg
  • Menard Art Museum, Aichi
  • Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam

Principales publications sur Nicolas de Staël

  • Jean Louis Prat et Harry Bellet, Nicolas de Staël, rétrospective de l’œuvre peint, catalogue de l’exposition à la Fondation Maeght, Fondation Maeght, 1991, 205 p.
  • Jean Louis Prat, Harry Bellet, Nicolas de Staël, catalogue de l’exposition à la Fondation Gianadda, Fondation Pierre Gianadda, 1995, 232 p.
  • Françoise de Staël, Nicolas de Staël : catalogue raisonné de l’œuvre peint, Éd. Ides et Calendes, 1997, 1267 p.
  • Jean-Claude Marcadé, Nicolas de Staël : Peintures et Dessins, Éd. Hazan, 2012, 412 p.

Expertise et Estimation des œuvres de Nicolas de Staël

Certaines œuvres de Nicolas de Staël sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres de Nicolas de Staël afin d’établir une estimation de votre pièce.