Édouard MANET

thumb-blog

1832-1883

Peintre français

 

 

 

 

 

 

Autoportrait à la palette, 1879

Considéré comme le père fondateur de l’impressionnisme, Édouard Manet est l’un des artistes les plus importants du XIXe siècle. S’affranchissant des carcans de l’académisme à travers une peinture résolument moderne, Manet sut séduire la nouvelle génération de peintres qui ne cessa de l’ériger au rang de maître. 

Un échec salutaire

Édouard Manet est né en 1832 au sein d’une famille bourgeoise parisienne. Son oncle lui transmit, ainsi qu’à son jeune frère Eugène Manet (1833-1892) — futur époux de la peintre Berthe Morisot (1841-1895) — le goût pour l’art de la peinture.

Ne souhaitant pas entreprendre les études de droit réclamées par son père, Édouard Manet tenta à l’âge de seize ans le concours d’entrée de l’École navale. Mais échouant consécutivement en 1848 et 1849, le jeune homme s’intéressa à développer sa technique du dessin. À l’occasion d’un voyage effectué au Brésil, Manet exécuta de nombreux croquis. Dès lors, le jeune homme décida de s’orienter définitivement dans la voie artistique.

1850-1856 : l’apprentissage académique auprès de Thomas Couture

Soutenu par ses parents, Édouard Manet intégra en 1850 l’atelier du peintre académique Thomas Couture (1815-1879) alors au fait de sa gloire. Durant six ans,  Manet apprit les techniques de la peinture et se perfectionna notamment en copiant les œuvres des maîtres anciens au Louvre (Tintoret, Titien, Rubens). 

À la même époque, Manet effectua plusieurs voyages en Europe — aux Pays-Bas et en Espagne notamment — développant un intérêt certain pour Vélasquez et Goya qui n’eurent de cesse d’exercer leur influence sur la peinture de Manet tout au long de sa carrière. 

Mais rapidement l’indépendance d’esprit d’Édouard Manet se heurta à l’académisme de son maître. S’émancipant du style de Couture, Manet développa un style peu conventionnel. Sa technique picturale, franche et directe, laisse apparaître de larges touches. L’influence de la peinture espagnole est indéniable. Manet s’intéressa à représenter des scènes de la vie quotidienne au réalisme marqué.

S’éloignant de son maître en raison de leurs divergences artistiques inconciliables, Édouard Manet emménagea dans son propre atelier en 1856.

1863 : le Salon des refusés

Les œuvres d’Édouard Manet furent régulièrement rejetées par le jury du Salon. Son approche peu conventionnelle dérange et ses œuvres représentant la vie quotidienne sont incomprises. Manet envoya au Salon de 1859 Le Buveur d’absinthe. Cette œuvre marquée par l’influence de la peinture espagnole se présenta en rupture avec la formation dispensée par Thomas Couture. Incomprise, la toile fut refusée par le jury du Salon, Eugène Delacroix (1798-1863) étant le seul à avoir voté en sa faveur.

En 1863, Napoléon III décida d’ouvrir un Salon des refusés en marge du Salon officiel en raison de la trop grande sévérité du jury à l’égard des œuvres non académiques. Cette année-là Manet exposa son Déjeuner sur l’herbe (1862), œuvre faisant référence au Concert champêtre (vers 1509) de Titien. La composition, en rupture avec le classicisme et l’académisme dominant, suscita une vive polémique. Au premier plan figure une femme nue assise entourée de deux hommes en costume. Le réalisme de la toile exclut toute interprétation mythologique et confère une forte connotation sexuelle à la scène alors décriée. Si la critique s’insurgea contre Manet, son audace séduisit Émile Zola et Charles Baudelaire. 

1865 : le Salon officiel

Deux ans plus tard, Édouard Manet fut accepté au Salon officiel. Il présenta Olympia (1863) qui suscita une réaction encore plus violente que le Déjeuner sur l’herbe. Inspirée cette fois-ci de la Vénus d’Urbin (1538) de Titien, l’œuvre s’avère être le portrait d’une prostituée — prenant les traits de Victorine Meurent, le modèle favori de Manet — au corps non idéalisé et au réalisme poignant.

Cette œuvre marqua l’histoire de l’art, ouvrant grand la voie à la modernité. Conscient de son impact, Édouard Manet conserva la toile jusqu’à sa mort en 1883.

1866-1883 : chef de file de l’impressionnisme

Édouard Manet se rapprocha des peintres de la jeune génération dont beaucoup deviendront les grands représentants du mouvement impressionniste : Claude Monet (1840-1926), Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Edgar Degas (1834-1917), Camille Pissarro (1830-1903). Plus âgé, Édouard Manet devint leur inspirateur.

La première exposition impressionniste eut lieu en 1874, année où Berthe Morisot épousa le frère de l’artiste. Manet ne participa pas à cette exposition et continua d’exposer ses œuvres au Salon, parvenant enfin à s’imposer.  

L’apport d’Édouard Manet à l’histoire de l’art

L’œuvre d’Édouard Manet marque un tournant dans l’histoire de l’art moderne. Il influença les jeunes peintres qui allaient, par la suite, développer l’impressionnisme. De même, Manet soutint financièrement les artistes en difficulté, Claude Monet en particulier, en achetant des toiles à l’insu de ce dernier.

Les œuvres de jeunesse d’Édouard Manet sont marquées par l’influence de Vélasquez (Lola de Valence, 1862, huile sur toile, Musée d’Orsay, Paris) et de Goya (L’Homme mort, 1864-1865, huile sur toile, National Gallery of Art, Washington). Tout au long de sa carrière, Manet exécuta des compositions aux sujets multiples : des peintures religieuses (Un Moine en prière, 1864-1865, huile sur toile, Musée des Beaux-Arts de Boston), des portraits (Le Chemin de fer, 1872-1873, huile sur toile, National Gallery of Art, Washington) ainsi que des natures mortes (Pivoines blanches, 1864, huile sur toile, Musée d’Orsay, Paris). 

L’œuvre de Manet s’inscrit en rupture avec son temps, proposant une peinture réaliste, à la touche large et à la lumière subtile. 

Œuvres d’Édouard Manet

Les musées qui exposent Édouard Manet

Les œuvres d’Édouard Manet sont principalement exposées en France (Musée d’Orsay, Hôtel de Caumont d’Aix-en-Provence, Musée des Beaux-Arts de Lyon) et aux États-Unis (Musée des Beaux-Arts de Boston, Metropolitan Museum of Art de New York, National Gallery of Art de Washington, Guggenheim Museum de New York, Art Institute de Chicago). Des œuvres sont également visibles à la National Gallery de Londres ainsi qu’au Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid.

Les principales expositions de l’artiste

  • Manet inventeur du moderne, Musée d’Orsay, Paris, 2011
  • Impressionnisme : Les origines, 1859-1869, Grand Palais, Paris, 1995

Les principaux ouvrages sur Édouard Manet

  • COLLECTIF RMN, Manet inventeur du moderne, Paris, Gallimard, 2011
  • DENIZEAU Gérard, Découvrir Manet, Paris, Larousse, 2011
  • PROUST Antonin, Manet souvenirs publiés par A. Barthélémy, Editions de L’Échoppe, 1996
  • LOYRETTE Henri et TINTEROW Gary, Impressionnisme : Les origines, 1859-1869, Paris,  Réunion des Musées Nationaux, 1994-1995
  • WILDENSTEIN Daniel et ROUART Denis, Manet : Catalogue raisonné, Lausanne, Bibliothèque des Arts, 1975

Expertise et Estimation des œuvres d’Édouard Manet

Certaines œuvres d’Édouard Manet sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres d’Édouard Manet afin d’établir une estimation de votre pièce.