Pierre-Auguste RENOIR

thumb-blog

1841-1919

Peintre français

 

 

 

 

Photo © Musée d’Orsay

Figure majeure de l’impressionnisme, Pierre-Auguste Renoir est principalement connu pour ses portraits et nus féminins, bien qu’il s’adonnât également à l’art du paysage, de la scène de genre, des marines et natures mortes. 

Son style évolua, passant de l’impressionnisme à une période dite « ingresque » dans les années 1880 sous l’influence des maîtres de la Renaissance, avant d’adopter une période « nacrée » la décennie suivante. 

Des débuts en tant que décorateur de porcelaines

Né en 1841 à Limoges, Pierre-Auguste Renoir est le sixième enfant d’une fratrie de sept. D’un milieu modeste, la famille déménagea à Paris en 1844 avec pour ambition d’améliorer sa situation.

Dès l’âge de treize ans, Renoir devint apprenti décorateur pour les porcelaines Lévy Frères & Compagnie. En parallèle le jeune homme suivit des cours du soir à l’École de dessin et d’arts décoratifs jusqu’en 1862.

1862-1869 : les débuts

Cette même année 1862 Renoir parvint à entrer à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il suivit l’enseignement de Charles Gleyre (1806-1874). Au sein de l’atelier, le jeune artiste fit la rencontre des futurs ténors de l’impressionnisme : Claude Monet (1840-1926), Frédéric Bazille (1841-1870) et Alfred Sisley (1839-1899).

Les rapports entre Gleyre et Renoir se détériorèrent, si bien que le jeune homme quitta les Beaux-Arts en 1864. Avec ses amis du Café Guerbois, Pierre-Auguste Renoir s’intéressa alors à la lumière naturelle et partit peindre en plein air sur le motif dans la forêt de Fontainebleau. 

À cette époque, Renoir s’adonna aux paysages et vues citadines, aux scènes de genre et aux portraits. Sa toile Portrait de William Sisley (1864) fut sa première œuvre acceptée au Salon. L’art du portrait, dans lequel il excellait, lui permit d’assurer tout au long de sa carrière des rentrées financières.

1869-1883 : la période impressionniste

C’est en 1869 que Pierre-Auguste Renoir s’appropria son expression picturale. Séjournant aux côtés de Claude Monet à La Grenouillère, restaurant implanté sur une île de la Seine, Renoir expérimenta sa touche impressionniste en étudiant les reflets du soleil sur la surface de l’eau (La Grenouillère, 1869, huile sur toile, Nationalmuseum, Stockholm).

L’artiste s’intéressa à dépeindre les loisirs de la bourgeoisie parisienne avec des touches de couleurs rapides et vigoureuses simplifiées à l’extrême. Les couleurs sont juxtaposées ou superposées, la délimitation nette des formes est abandonnée au profit du rendu d’une impression d’ensemble. Les œuvres La Loge (1874), Le Moulin de la Galette (1876) et La Balançoire (1876) sont représentatives de cette période impressionniste.

Renoir participa aux expositions impressionnistes de 1874, 1876 et 1877 avant de remporter un franc succès au Salon officiel de 1879 avec Madame Charpentier et ses enfants (1878). 

1883-1890 : la période « ingresque »

Fort de son succès, Renoir partit voyager dans le sud de la France ainsi qu’en Italie et en Algérie. À cette occasion l’artiste découvrit les fresques de Raphaël au Vatican et remit son style impressionniste en cause.

Prenant Ingres et Raphaël pour modèles, Pierre-Auguste Renoir exécuta des œuvres qualifiées d’ingresques, de sèches ou d’aigres. Les recherches picturales de l’artiste aboutirent en 1887 à la réalisation des Grandes Baigneuses. Cette œuvre représentant au premier plan trois femmes dévêtues aux formes généreuses fut exposée à la galerie Georges Petit. Admirée par le milieu artistique, la toile fut toutefois décriée par la critique.

1890-1897 : la période « nacrée »

Dans les années 1890, Renoir décida une nouvelle fois de se réinventer. Il aboutit à un style composite, synthèse de son savoir-faire. Empruntant toute à la fois au style impressionniste et à l’académisme, le style nacré use de couleurs en demi-teinte (roses, ocres, blancs). Les jeunes filles au piano (1892), l’une des premières toiles de cette période, fut acquise par l’État français puis exposée au Musée du Luxembourg. Enfin consacré, Renoir reçut de nombreuses commandes et sa production s’intensifia : nus, portraits, natures mortes, scènes mythologiques.

1897-1919 : vers la sculpture

Atteint d’une polyarthrite rhumatoïde depuis les années 1880, Renoir perdu peu à peu l’usage de ses mains. Pour autant l’artiste continua de peindre, sauf lorsque les crises devinrent trop douloureuses.

En 1903, Renoir acquit une propriété à Cagnes-sur-Mer où le climat sec était jugé plus favorable à l’apaisement de ses rhumatismes. À partir de 1910, l’artiste ne parvint plus à se déplacer. Il décida, quelques années plus tard en 1913, à s’orienter vers la sculpture avec l’aide de Richard Guino (1890-1973).

L’apport de Pierre-Auguste Renoir à l’histoire de l’art

Saisissant la vie dans ses instants de joie et de bonheur, Pierre-Auguste Renoir devint l’un des plus grands artistes impressionnistes.

Durant sa période impressionniste, Renoir s’attarda à restituer des ambiances en accentuant certains effets et en cherchant une clarté accrue. La touche est visible et les formes se dissolvent. Certains des plus grands chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art datent de cette période.

Sentant être arrivé au bout de l’impressionnisme, Renoir développa une nouvelle manière ingresque caractérisée par un dessin davantage précis, des aplats de couleur, un contour net, une matière lisse et une répartition uniforme de la lumière.

Incompris l’artiste opéra une synthèse des styles précédemment expérimentés. La rigueur fut abandonnée au profit de la délicatesse, de la forme et de la volupté. La période nacrée est composée d’œuvres à la facture plus souple et onctueuse.

Œuvres de Pierre-Auguste Renoir

Les musées qui exposent Pierre-Auguste Renoir

Deux musées français sont dédiés à Renoir : la maison et l’atelier Renoir à Essoyes et le Musée Renoir de Cagnes-sur-Mer.

En France, les œuvres de l’artiste sont principalement exposées au Musée d’Orsay et au Musée de l’Orangerie de Paris ainsi qu’au Musée d’Art Moderne André Malraux (MuMa) du Havre. Artiste incontournable de l’impressionnisme, les œuvres de Renoir sont également exposées dans le monde entier (États-Unis, Canada, Brésil, Angleterre, Russie).

Les principales expositions de l’artiste

  • Aux sources des nymphéas : les impressionnistes et la décoration, Musée de l’Orangerie, Paris, 2022 
  • Renoir père et fils. Peinture et cinéma, Musée d’Orsay, Paris, 2018 
  • Renoir. Entre Bohème et Bourgeoisie, Kunstmuseum, Bâle, 2012 
  • De Renoir à Sam Szafran, Fondation Pierre Gianadda, Martigny, 2010 
  • Renoir au XXe siècle, Grand Palais, Paris, 2009 

Les principaux ouvrages sur Pierre-Auguste Renoir

  • COLLECTIF, Revoir Renoir, éd. Fondation Gianadda, 2014
  • COLLECTIF, Renoir au XXe siècle, Paris, Flammarion, 2010
  • LE CŒUR Marc, Renoir au temps de la bohème. L’histoire que l’artiste voulait oublier, Paris, L’Échoppe, 2009
  • NERET Gilles, Auguste Renoir peintre du bonheur : 1841-1919, Paris, Taschen, 2001 
  • JOANNIDES Paul, Renoir sa vie, son œuvre, Courbevoie, Soline, 2000

Expertise et Estimation des œuvres de Pierre-Auguste Renoir

Certaines œuvres de Pierre-Auguste Renoir sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres de Pierre-Auguste Renoir afin d’établir une estimation de votre pièce.