Olivier DEBRÉ

thumb-blog

1920-1999

Peintre français

 

 

 

 

 

 

Photo © Michel Dieuzaïde

Olivier Debré est né en avril 1920 à Paris et décédé en juin 1999 dans la même ville à l’âge de 79 ans. Petit-fils du peintre Édouard Débat-Ponsan, il suit les traces de son grand-père et commence très tôt à dessiner et à peindre. Après avoir étudié l’architecture à l’École des Beaux-Arts de Paris, le jeune homme intègre l’atelier de Le Corbusier pour compléter sa formation artistique. Bien intégré dans le milieu, il rencontre Pablo Picasso pour la première fois en 1941 et réalise sa première exposition 8 ans plus tard. Le public et la critique ont accueilli l’œuvre d’Olivier Debré de manière très positive.

Une œuvre au service de l’expression de ses sentiments

Après une brève expérience de l’impressionnisme, Olivier Debré s’éloigne de ce courant pour s’orienter vers l’abstraction. L’artiste propose alors une œuvre dont le but est d’exprimer des sentiments plutôt que d’effectuer de banales représentations. Pour cette raison, les compositions d’Olivier Debré présentent souvent de larges surfaces colorées et expressives. Dans ce contexte, il utilise une technique d’application de la peinture par aplat de couleurs et à l’aide d’un pinceau. C’est d’ailleurs à la technique qu’Olivier Debré utilise lorsqu’il réalise la série « Signes personnages ».

Le retour à la figuration

À partir des années 60, il retrouve la voie qu’il avait initialement empruntée et recommence à produire des œuvres figuratives. Son sujet de prédilection est alors le paysage qu’il peint la plupart du temps sur le motif pour retranscrire le plus fidèlement que possible ce qu’il voit et ce qu’il ressent. À cette époque, il expliquera d’ailleurs que bien que sa peinture représente de nouveau des éléments, il s’agit en réalité d’une abstraction fervente qui a pour but de traduire l’émotion suscitée par l’observation de ces fameux paysages. C’est en grande partie grâce à cette vision particulière de la peinture que Olivier Debré est devenu un des peintres les plus connus de la seconde moitié du XXe siècle.

Œuvres d’Olivier Debré

PEINTURE

  • Saint Georges de Didonne, 54 x 65 cm, 1954
  • La sapinette vert sombre, 100 x 106 cm, 1955
  • Femme grise, 162 x 130 cm, 1956
  • Personnage debout bleu, 163 x 114,5 cm, 1957
  • Nature morte grise à la tâche rouge, 81,5 x 100 cm, 1957
  • Personnage debout, 195 x 115 cm, 1957
  • Peupliers jaunes, 113,5 x 145 cm, 1959
  • Figure rude en bleu tendre, 200 x 109 cm, 1959
  • Peupliers clairs, 140 x 150 cm, 1959
  • Sous les arbres à Cachan, 100 x 100 cm, 1960
  • Bleu gris mouvant à la tache jaune, 180 x 350 cm, 1988
  • Tout bleu clair taches vives, 400 c 400 cm, 1989

ESTAMPE-MULTIPLE

  • Mu Tei, 50 x 14 cm, 1982 
  • Bâtir à chaux et à sable, 52 x 76 cm, 1989
  • Le Rideau rouge (Châteauroux), 76 x 56 cm, 1989
  • Composition bleue, 52 x 67,8 cm, 1991
  • Avant-Jour, 27 x 23,5 x 3 cm, 1998
  • L’Ecclésiaste, 64 x 46,5 cm, 1999
  • Esquisse n° 11 du Rideau de Hong Kong, 81 x 121 cm, 1990
  • Grand signe — Personnage III et IV, 119 x 79 cm, 1990
  • Rose de L’Inde, 80 x 57,5 cm, 1991
  • Composition en rouge, vert, bleu et jaune, 69,5 x 69 cm, 1995

DESSIN-AQUARELLE

  • Le concert, 16,8 x 25 cm, 1948
  • Musiciens chanteurs, 14 x 23,5 cm, 1949
  • Présence, 102 x 482 cm, 1953/55
  • Quatre hommes et un enfant, 70,5 x 104,5 cm, 1954
  • Signe paysage, 146 x 150 cm, 1959
  • Petit Signe Paysage, 29,2 x 42,5 cm, 1970
  • Composition, 120 x 80 cm, 1972
  • Marine bleue – noire, 14,5 x 19 cm, 1975
  • Blanche, buée, touches vives, 100 x 100 cm, 1985
  • Composition, 70 x 45 cm, 1985
  • Signe – Personnage, 180 x 50 cm, 1991

Une renommée internationale

EXPOSITIONS

  • Phillips Memorial Gallery, Washington, 1958
  • Musée des Beaux-Arts du Havre, 1966
  • Olivier Debré — Rétrospective, Palais Galliera, Paris, 1968
  • Maison de la culture de Caen, 1969
  • Olivier Debré — Rétrospective, Musée des Beaux-Arts de Brest, 1969
  • Olivier Debré — Impressions de voyage, peintures récentes, Galerie Ariel, 1973
  • Olivier Debré — Dessins, 1945 – 1969, Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis, février-mars 1990
  • Olivier Debré — Treize toiles, neuf dessins, Musée national d’art moderne, 2003
  • Signes paysages, signes gravés, Musée des Beaux-Arts La Cohue de Vannes, 2010
  • Olivier Debré, un abstrait lyrique, Musée communal des Beaux-Arts d’Ixelles, 2011

MUSÉES

  • Centre de Création Contemporaine Olivier Debré (CCC OD), Tours
  • Musée des Beaux-Arts de Tours
  • Centre Pompidou
  • Musée des Beaux-Arts de Brest
  • Musée des Beaux-Arts du Havre
  • Musée des Beaux-Arts de Vannes
  • Musée National du Pays de Galles
  • Musée d’Art et d’Industrie

FONDATIONS

  • Fondation du Château de Jau, Pyrénées-Orientales
  • Fondation Gandur pour l’Art, Genève

Principaux ouvrages sur Olivier Debré

  • Jacques Michel, « L’espace moderne d’Olivier Debré », Le Monde, 9 janvier 1969
  • André Parinaud, « Olivier Debré », Galerie des arts, n° 94, 1970
  • Daniel Abadie et Claude Fournet, Olivier Debré – Dessins, sculptures, 1941-1974, Cahiers théoriques de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d’Olonne, n° 6, 1974
  • Bernard Noël, Olivier Debré, éditions du musée d’Art et d’Histoire de Metz, 1986
  • Bernard Noël, Olivier Debré à deux voix, Paris, Opus international, 1990
  • Haaken Chrisetnsen, Debré et la Norvège, coll. « Épisode », Fragments, 2000
  • Michel Butor, Dix regards sur l’atelier désert d’Olivier Debré, Ides et Calendes, 2001

Expertise et Estimation des œuvres d’Olivier Debré

Certaines œuvres d’Olivier Debré sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres d’Olivier Debré afin d’établir une estimation de votre pièce.