Hans COPER

thumb-blog

1920-1981

Potier britannique

 

 

Photo © Jane Coper

Hans Coper est né en avril 1920 en Allemagne et décédé en juin 1981 à l’âge de 61 ans. Après avoir été emprisonné au Canada pendant la Seconde Guerre mondiale du fait de sa nationalité allemande, il s’intéresse pour la première fois à la céramique et intègre en 1946 le cabinet de Lucie Rie où il se forme à cette pratique. Lorsque son talent émerge, Hans Coper rejoint Heber Matthews afin de poursuivre son enseignement à ses côtés. Il établit ensuite son propre studio dans le Hertfordshire en 1958. L’artiste se fait connaître très rapidement et deviendra même une figure incontournable de la poterie d’atelier au XXe siècle.

Découverte d’une poterie abstraite

À une époque où les potiers produisent essentiellement des œuvres fonctionnelles, Hans Coper vient révolutionner le marché en prêtant attention davantage à la qualité sculpturale de ses réalisations. D’ailleurs, bien que son œuvre ait très largement été influencée par le travail de Lucie Rie qui a été son mentor, cette dernière fera elle-même la différence entre ses poteries et celles de Coper qu’elle qualifie d’œuvre d’art. Bien loin des traditionnels plateaux, ses formes simples et abstraites sont le fruit de la sollicitation de sa sensibilité artistique. Les céramiques non fonctionnelles de Hans Coper ont été très appréciées pour leur dimension avant-gardiste.

Un procédé qui lui est propre

Dès ses débuts, Hans Coper a tenu à expérimenter ses propres céramiques, ce qui explique que son travail soit si reconnaissable. Pour s’assurer de la qualité de son travail, il réalise d’abord ses différentes pièces sur le potier avant de les assembler à la main pour obtenir la forme finie. Cette manière de procéder révèle le soin et l’habilité que met Coper à réaliser ses œuvres. Un autre élément distinctif de ses pots est leur forme reconnaissable en un coup d’œil : il les nomme Flower, Spade, Cup, Egg, Bud, Arrow et Bud. Le rendu obtenu par Hans Coper est en général assez grossier et réalisé avec des oxydes ce qui permet d’obtenir une coloration assez discrète.

Œuvres de Hans Coper 

OBJET

  • Globular pot with linear design, 25,4 x 26 cm, 1954
  • “Poppy Head” pot, 20,8 x 14 cm, 1957
  • The Swinton School Wall, 60 cm, 1960
  • Digswell composite form with flattened central volume, 26,8 x 14,5 cm, 1960
  • Early and large “Hourglass” form, 46 x 21 cm, 1965
  • “Spade” form, 23,6 cm, 1969
  • Large “Bell” forl, 33,2 x 34,5 cm, 1966
  • Monumental ovoid pot, 46,5 x 38,5 x 38 cm, 1968
  • Gobelet form with vertical impressions, 40,3 cm, 1968
  • Composite Form with Vertical Impression, 30,5 x 21,5 x 21,5 cm, 1969
  • Rare evolved “Spade” form, 17,3 cm, 1970
  • “Cycladic” arow form, 22 cm, 1972
  • Ovoid pot with disc top, 24 cm, 1972
  • “Sack” form with disc, 24 x 16,1 cm, 1972
  • Monumental « Writhlington School » pot, 77 cm, 1972
  • “Thistle” form, 32 cm, 1975
  • Cycladic arrow form, 26,5 cm, 1975
  • Pot with four indents and cylindrical foot, 25 cm, 1975
  • Cycladic Winged Bud Form, 24 x 9,5 x 10,5 cm, 1976

SCULPTURE-VOLUME

  • Early composite form, 16,1 x 9,1 cm, 1950
  • Composite form, 13,3 x 11,8 cm, 1952
  • Large Spade Form, 40 cm, 1960
  • Cup on foot with central disc, 1965
  • Cycladic arrow form, 29,5 cm, 1970
  • Cycladic arrow form, 23,5 cm, 1970
  • Squeezed form Vase with four Indents, 17 cm, 1970/75
  • Spade form, 21 cm, 1972
  • Composition form with vertical central disc, 26,5 x 15,6 x 7,5 cm, 1974
  • Cyladic bud form with wings, 17,1 cm, 1975
  • A superlative black Cyladic form, 24 cm, 1976
  • Cycladic winged bud form, 24 cm, 1976
  • Black cycladic form, 23 cm, 1977

Hans Coper et son œuvre prolifique

EXPOSITIONS

  • Salon international de la céramique, Tokyo, Japon, 1964
  • Hans Coper et Peter Collingwood, Victoria & Albert Museum, Londres, Paris, 1969
  • Exposition du soixantième anniversaire, Musée Hetjens, Düsseldorf, Allemagne, 1980
  • Exposition personnelle, Galerie Besson, Londres, Royaume-Uni, 1988
  • Modernisme céramique, Hans Coper, Lucie Rie et leur héritage, Gardiner Museum of Ceramic Art, Toronto, Canada, 2002
  • L’héritage de l’art céramique moderne, Gifu, Japon, 2003
  • Lucie Rie & Hans Coper, Galerie Besson, Londres, Royaume-Uni, 2006
  • Céramiques classiques et contemporaines, Galerie Besson, Londres, Royaume-Uni, 2009
  • International Ceramics, Erskine, Hall & Coe, Londres, Royaume-Uni, 2016
  • Hans Cooper 100, Ashmolean Museum of Art and Archeology, Oxford, 2021

MUSÉES

  • Musée préfectoral de la céramique d’Aichi, Aichi, Japon
  • Craft Council Collection, Londres, Royaume-Uni
  • Institut des Arts, Détroit, États-Unis
  • Metropolitan Museum of Art, New York, États-Unis
  • Musée d’Art Moderne, New York, États-Unis
  • Musée d’art de la céramique moderne, Gifu, Japon
  • Musée Kunstgewerbe, Zurich, Suisse
  • Kruithuis s’Hertoogenbosch, Pays-Bas
  • Musée Boijmans van Beuningen, Rotterdam, Pays-Bas
  • Musée Röhss, Suède

Les principaux ouvrages sur Hans Coper

  • Birks, Tony, Hans Coper, Martson House Publishers, 1998
  • Coatts, Morgot (éd.). Lucie Rie et Hans Coper : Potiers en parallèle, Herbert Press, 1997
  • Frankel, Cyrille. Pots modernes : Hans Coper, Lucie Rie et leurs contemporains, University of East Anglia Press, 2002

Expertise et Estimation des œuvres de Hans Coper

Certaines œuvres de Hans Coper sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres de Hans Coper afin d’établir une estimation de votre pièce.