BANKSY

thumb-blog

1974

Artiste de street art

 

 

 

 

Photo : © Marc Pairon, Aartselaar

Banksy est probablement le street artiste anonyme le plus connu dans le monde. Si son identité demeure à ce jour un mystère, elle fait l’objet de nombreuses spéculations.

Actif depuis les années 1990, Banksy détourne l’urbanisme à l’aide de différentes techniques (pochoir, tableau, installation, sculpture). Ses œuvres tantôt humoristiques tantôt touchantes ont pour but de délivrer un message généralement anarchiste, antimilitariste, anticapitaliste ou antisystème.

Un artiste anonyme

Aujourd’hui encore l’identité de Banksy demeure incertaine. L’artiste serait né en 1974 à Bristol en Angleterre.

Principalement établi à Londres, le graffeur agit en réalité sur tous les continents. Ses œuvres, uniques, parfois considérées comme subversives, ont pour ambition de percuter le spectateur et pousser à la réflexion sur la société actuelle et ses enjeux sociaux et économiques.

Les années 1990 : Bristol, ville underground

Banksy aurait vécu à Easton, Bristol avant de déménager à Londres vers 2000. C’est dans cette ville que le jeune homme aurait découvert l’art du graffiti. Il aurait ainsi fait partie du groupe de graffeurs le Bristol’s DryBreadZ Crew (CbD).

Les premières œuvres de Banksy furent réalisées dans cette ville où la scène underground était en plein essor. Le jeune artiste participa au festival de graffitis Walls on Fire en 1998.

En 2000, Banksy exposa pour la première fois ses œuvres au restaurant Severnshed de Bristol.

Les années 2000 : l’ascension

Banksy s’installa à Londres au début des années 2000. Son œuvre la plus connue, Girl with balloon, fut exécutée en 2002 sur le Waterloo Bridge à South Bank à Londres. Ce pochoir illustre une petite fille laissant s’envoler son ballon rouge en forme de cœur.

Son premier coup d’éclat eut lieu en 2004 lorsqu’il fit imprimer de faux billets de 10 livres sur lesquels l’effigie de la reine d’Angleterre fut remplacée par celle de Lady Diana. La mention « Bank of England » fut également substituée par celle de « Banksy of England ».

L’année suivante, Banksy réalisa avec l’aide d’autres artistes un graffiti géant sur le mur de séparation de Bethléem. L’image représentait une petite Vietnamienne brûlée au napalm tenant par la main Mickey Mouse et Ronald McDonald. La même année le graffeur plaça des œuvres factices ou subversives dans de célèbres musées : Museum of Modern Art, Metropolitan, Brooklyn Museum, Tate Britain et British Museum.

Frappant toujours plus fort, Banksy réalisa en 2006 une installation représentant une cabine téléphonique rouge. Cette cabine, cabossée et fendue par une pioche, fut placée dans une rue de Soho avant d’être rapidement retirée par les autorités publiques. Quelques mois plus tard, c’est à Disneyland en Californie que Banksy fit parler de lui. L’artiste plaça en effet une poupée gonflable en taille réelle à l’uniforme orange évoquant celui des prisonniers de Guantanamo au milieu du parc.

Les années 2010 : un engagement de plus en plus politisé

En 2015, Banksy ouvrit son parc d’attractions nommé Dismaland à Weston-super-Mare, détournant ainsi le très célèbre Disneyland. Ce parc était en réalité une exposition des œuvres de Banksy et d’une cinquante d’autres artistes.

La même année le graffeur réalisa à Calais un pochoir représentant Steve Jobs portant un ordinateur et un baluchon. Ce graffiti eut pour but de rappeler les origines du créateur d’Apple, fils d’immigré syrien arrivé aux États-Unis dans les années 1950, à l’innovation révolutionnaire.

En 2018 l’artiste défraya la chronique en réduisant en lambeaux l’une de ses œuvres qui venait d’être adjugée 1,2 million d’euros chez Sotheby’s devant une salle de ventes aux enchères médusée.

Les années 2020 : soutenir des causes humanitaires

En 2020, Banksy finança un navire de sauvetage en Méditerranée affrété en Espagne. Plus de 200 réfugiés furent sauvés grâce à l’intervention de cette ancienne vedette de surveillance de la douane française.

L’année suivante, le street artiste vendit l’une de ses œuvres aux enchères, Game Changer, afin de soutenir les équipes soignantes britanniques dans la lutte du Covid-19.

L’apport de Banksy à l’histoire de l’art

Les œuvres de Banksy, percutantes, parfois teintées d’humour, ou au contraire à visée politique, sont distillées dans le monde entier. Ces œuvres sont facilement identifiables en raison de la technique employée et de leur simplicité.

La technique du pochoir est la plus répandue. Bansky s’est en effet positionné comme le spécialiste du pochoir unicolore. Le dessin se veut simple afin de transmettre les messages de l’artiste de manière efficace (Kissing Policemen, Brighton, 2005).

Banksy a également parfois usé des installations – forme de street art peu utilisée mais redoutable — dans l’espace public. L’artiste britannique s’est servi de cette technique afin de dénoncer la surveillance téléphonique (Vandalised Phone Box, 2006) ou la crise des migrants (Le Fils d’un migrant syrien, 2015).

Le street artiste détourna également des tableaux en insérant ses propres créations au sein des musées publics (Glaneuses, 2005).

De façon plus rare, Banksy exécuta des sculptures. Il réalisa en ce sens une sculpture en bronze représentant une ballerine portant un masque à gaz.

Œuvres de Banksy

Les musées qui exposent Banksy

Le street art consistant à détourner l’environnement urbain afin de réaliser des œuvres, ces dernières ont vocation à rester dans les rues. Ainsi, les musées ne détiennent pas d’œuvres de Banksy, sauf exception. En ce sens, en 2005, après avoir découvert une œuvre factice dans ses collections, le British Museum décida de l’intégrer dans ses collections permanentes.

Les principales expositions de l’artiste

  • The World of Banksy : The immersive Experience, Paris, 2021
  • Banksy. Genius or Vandal ?, Bruxelles, 2021
  • Bansky versus Bristol Museum, Bristol Museum, 2009  

Les principaux ouvrages sur Banksy

  • BANKSY, You are an acceptable level of threat, éd. Carpet Bombing Culture, 2012
  • BANKSY, Wall and Piece, éd. Century, 2006
  • BANKSY, Pictures of Walls, éd. P.O.W., 2005
  • BANKSY, Cut it Out, éd. Weapons of Mass Disruption, 2004
  • BANKSY, Existencillism, éd. Weapons of Mass Disruption, 2002
  • BANKSY, Banging Your Head Against a Brick Wall, éd. Weapons of Mass Disruption, 2001

Expertise et Estimation des œuvres de Banksy

Certaines œuvres de Banksy sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres de Banksy afin d’établir une estimation de votre pièce.