Nicolas KALMAKOFF

thumb-blog

1873-1955

Peintre russe

 

 

 

 

 

Photo © Musée galerie de la Seita

D’un père russe et d’une mère italienne, Nicolas Kalmakoff est né en 1873 en Russie et décédé en 1955 à Paris à l’âge de 82 ans. Le jeune homme s’intéresse très tôt à l’art et à la peinture et se fait connaitre par les artistes de Saint-Pétersbourg dès le début des années 1900. Ce succès sera néanmoins de courte durée puisque huit ans plus tard, Kalmakoff cesse d’exposer ses œuvres. Cet arrêt précoce de sa carrière le plonge dans une pauvreté extrême et l’oblige à finir sa vie dans un hospice. Ce n’est qu’en 1964 que ses toiles sont redécouvertes par deux collectionneurs qui organisent une exposition parisienne les mettant à l’honneur. C’est dans ce contexte que renaît le succès de Nicolas Kalmakoff.

Un style unique et à la marge des influences de l’époque

Dès le début de sa carrière, Nicolas Kalmakoff s’est démarqué en rejetant l’académisme et la rigidité des styles d’art nouveau alors en vogue. Il souhaite s’affranchir de toutes ces contraintes pour développer son propre style. Son imagination débordante et sa recherche d’originalité le poussent à créer un univers surnaturel qui inspirera plus tard le réalisme fantastique moderne. Les pratiques artistiques de Nicolas Kalmakoff sont propres à l’iconographie qu’il a lui-même développée, ce qui rend ses œuvres particulièrement reconnaissables. Il sera d’ailleurs décrit par plusieurs critiques d’art comme un véritable visionnaire.

Le mal, l’occultisme et la sexualité au centre de son œuvre 

Les sujets traités par Nicolas Kalmakoff dans ses œuvres sont inspirés de son enfance difficile, mais aussi et surtout d’histoires macabres et de contes religieux étroitement liés au concept de Satan. En effet, cette fascination pour le démoniaque qu’il entretient depuis l’enfance est une véritable marque de fabrique pour lui. L’ensemble de ses œuvres combinent ses penchants pour le spirituel, l’érotisme, et plus largement pour les aspects sombres et interdits de l’existence. Nicolas Kalmakoff partage cet intérêt avec d’autres adeptes des cercles mystiques auxquels il appartient comme la secte des Skoptzy. L’artiste a dédié l’ensemble de sa vie à cette carrière. 

Une personnalité duale

Malgré sa fascination très intense pour l’univers occulte et ses penchants misogynes décrits par ses paires, Nicolas Kalmakoff a laissé derrière lui quelques portraits dans lesquels ils se décrivait comme une femme et parfois même comme une figure de Dieu. Aussi, s’il a toujours refusé les influences de sa terre natale, l’artiste s’est rapproché de plusieurs cultures et influences artistiques étrangères dont on perçoit les traces dans certaines de ses œuvres. L’art de Nicolas Kalmakoff est donc étroitement lié à la dualité de sa personnalité.

Œuvres de Nicolas Kalmakoff

DESSIN-AQUARELLE

  • Dionysos, 490 x 224 cm, 1908
  • Elle chevauche un paon, 69 x 98,5 cm, 1910
  • Les femmes des Nadjis, 71,8 x 101,5 cm, 1911
  • Le char d’Apollon, 65,5 cm, 1911
  • Nu avec un singe, 63,5 x 50 cm, 1916
  • Les horreurs de la guerre, 68 x 92 cm, 1917
  • Léda et le cygne, 50,3 x 65 cm, 1917
  • Tamara et le diable, 75 x 110 cm, 1917
  • La femme de Satan, 49 x 25,5 cm, 1919
  • Le calice, 63 x 43 cm, 1924
  • Danse occulte 42 x 57 cm, 1926
  • Astartée, 74,3 x 55,3 cm, 1926
  • L’Attente, 56 x 75 cm, 1927
  • Sans titre, 45 x 53 cm, 1928
  • Mercure délivrant Psyché, 49 x 32 cm, 1934

PEINTURE

  • Le Dieu Panthère, 100 x 141 cm, 1910
  • Les trois négresses, 130,5 x 210 cm, 1912
  • Salomé, 103 x 83 cm, 1918
  • Femme noire aux raisins, 56,5 x 43 cm, 1923
  • L’appel mystérieux, 62,5 x 50 cm, 1924
  • Figure équestre 62,5 x 49,5 cm, 1924
  • L’ange rebelle, 53,5 x 35,5 cm, 1924
  • Amphitrite, 75 x 60 cm, 1927
  • Saint en armure, 75 x 44,5 cm, 1927
  • Aphrodite avec Éros et Anteros, 201 x 71,7 cm, 1929
  • Jeanne d’Arc, 46 x 41,8 cm, 1930
  • Terpischore, 76,2 x 73,7 cm, 1933
  • Beauté blonde, 33 x 24 cm, 1936

Nicolas Kalmakoff, un artiste isolé

EXPOSITION

  • Galerie Motte, Paris, 1934

MUSÉES

  • Musée-galerie de la Seita, Paris
  • Musée du théâtre A. A. Bakhrushin, Moscou
  • Galerie nationale Tretiakov, Moscou
  • Musée A. S. Pushkin, Moscou

Principale publication sur Nicolas Kalmakoff

  • MeghanLes œuvres cachées prolifiques de Nicolas Kalmakoff, CVLT Nation.com, 2022

Expertise et Estimation des œuvres de Nicolas Kalmakoff

Certaines œuvres de Nicolas Kalmakoff sont très demandées sur le marché de l’art et peuvent se vendre à des prix importants. N’hésitez pas à contacter nos experts dans le cadre d’une expertise ou à consulter notre page dédiée à la cote des œuvres de Nicolas Kalmakoff afin d’établir une estimation de votre pièce.